Revue d’idées et d’opinion

 
Pour me rapprocher 
de tous les autres, 
la distance 
qui me sépare de moi-même.

 
 










 


 

 

numéro 10 - 11 

Noyau de cerise
par Noëlle Combet

Le cœur de la terre bat dans l’écureuil.

Il s’élance, grimpe aux branches qui peignent le ciel ;

il croque des pignons.

L’enfant court en boitant

à cause du noyau de cerise

dans sa sandale.

Elle prête ses yeux au buisson

qui  maintenant la dissimule ;

elle défait sa sandale, la secoue, la rechausse, la relace,

repart.

Elle court derrière le vent.

Le vent court derrière le ciel.

Un noyau de cerise est tombé sur le sol ;

La lumière a mangé l’ombre.

 

Noco.



© Copyright Temps marranes

Toute reproduction des articles 
ou extraits parus dans le site 
de Temps marranes 
à des fins professionnelles 
est interdite 
sans l’autorisation 
de Temps marranes