Revue d’idées et d’opinion

 
Pour me rapprocher 
de tous les autres, 
la distance 
qui me sépare de moi-même.

 
 






 


 

 

numéro 12 - 13 

Revenante
par Noëlle Combet

La mémoire de ma peau se rappelle un verger

de papillons volant autour du chèvrefeuille

dont se grisait le ciel.

Les pruniers portaient haut

les fruits

d’une lumière sucrée.

Sous mon poids assoupi,

L’herbe froissée ployait.

 

Mes yeux fermés reçoivent

la tiédeur de la brise

qui, encore aujourd’hui,

caresse mes images.

Revenante, l’enfance m’abrite comme un rêve.



© Copyright Temps marranes

Toute reproduction des articles 
ou extraits parus dans le site 
de Temps marranes 
à des fins professionnelles 
est interdite 
sans l’autorisation 
de Temps marranes