Revue d’idées et d’opinion

 
Pour me rapprocher 
de tous les autres, 
la distance 
qui me sépare de moi-même.

 
 






 


 

 

numéro 12 - 13 

Comme un sable mouvant
par Jordan Halimi

Dans la profondeur de tes yeux que rien n’aiguise,

Dans le cyclone de ton cœur que rien n’épuise,

Vers la beauté de ton âme aux malignités exquises,

Je vogue.

 

Comme un clocher où jamais ne sonne

La verticalité de mon être qui si bien donne,

Comme un volcan rougi en son cône,

Je tremble.

 

Au creux de tes reins où mes mains se glissent

Au sein de tes rêves que les jours ternissent,

Sur tes fins et longs sourcils qui mollement se plissent,

Je roule.

 

Comme un navire encerclé d’ardents rivages,

Ou une nappe de sang rougeoyant au large,

Triste enfant qui n’es jamais sage,

Je résiste.

 

En bas de tes cuisses, insolemment j’accroche

Mes bruyantes pensées que l’horizon ne fauche,  

Mes fuyants regards que nul n’ébauche, 

Je croule.



© Copyright Temps marranes

Toute reproduction des articles 
ou extraits parus dans le site 
de Temps marranes 
à des fins professionnelles 
est interdite 
sans l’autorisation 
de Temps marranes