Revue d’idées et d’opinion

 
Pour me rapprocher 
de tous les autres, 
la distance 
qui me sépare de moi-même.

 
 















 


 

 

numéro 14 

Odeur de glycine
par Noëlle Combet

 

Les étoiles glissent,

filant la nuit,

lissant mes rêves très très lentement…

à la mesure des coudées de mon cœur… qui va…

au gré des hippocampes et licornes obscures.

Des oiseaux prédateurs planent,

fondant d’un coup en leur disparition.

Tiens ! Ta silhouette elliptique

s’estompe et revient au loin…

Que fais-tu donc, abandonné

en ce recoin de mémoire oublieuse

où les araignées, traceuses de subtilités,

dentellières inlassables, sécrètent une duplicité nacrée ?

Tu me fais signe…

Je reviendrai bientôt, dis-je en passant,

agitant le mouchoir de mes chagrins mouillés…

 

Un cri d’enfant me rappelle à l’éveil…

Le chat… s’étire longuement… tout au bout d’un ronron.

Bientôt se déversera

la litanie des affaires du monde.

La terre, cette nuit comme toutes,

n’a cessé de tourner autour des paradoxes.

Laissons cela, pour l’heure…

Sentez-vous… là, dehors… cette odeur de glycine…

 

Noëlle Combet



© Copyright Temps marranes

Toute reproduction des articles 
ou extraits parus dans le site 
de Temps marranes 
à des fins professionnelles 
est interdite 
sans l’autorisation 
de Temps marranes