Revue d’idées et d’opinion

 
Pour me rapprocher 
de tous les autres, 
la distance 
qui me sépare de moi-même.

 
 
 


 

 

numéro 2 

Quelques exils masqués, quelques masques de l'exil
par Paule Pérez
Cet article a paru dans le numéro 216 de la revue Diogène (octobre 2006), www.unesco.org/cipsh/fre/diogene.htm. Le titre général du numéro est "D'un monde à l'autre", et cet article figure dans un dossier intitulé : "D'une monde et d'une langue à l'autre", dossier préparé par Maria-Letizia Cravetto.
Existerait-il une différence entre émigration et exil, laquelle? A quel point la question de langue est-elle prépondérante? De quelle nature est la perte du fait des migrations? Qu'en est-il de l'immigration et du travail social?
Figures de l'exilé, visible et invisible
Il existe une acception selon laquelle l'émigré est celui qui a quitté son lieu natal - qui lui-même n'est pas forcément un "pays" différent de celui où il va vivre, parce qu'il en est chassé ou parce qu'il ne trouve plus de conditions d'existence convenables pour lui. Ainsi en va-t-il le plus souvent pour nos contemporains, des émigrations économiques, souvent post-coloniales, ou liées aux origines ethniques, ou d'autres encore. Emigrations parfois de masses, les personnes perdant leur caractère singulier d'individu, et étant parfois, au gré d'une certaine inadvertance, considérés, peu ou prou, comme du bétail, en ce qu'elle fait de chacun un être indifférencié. Il y a dans cette représentation de l'émigration une acception que l'on peut qualifier de "biologique", quand l'envie serait là de rester en vie, voire de maintenir en vie la famille restée à sa place. Le fantasme associé à une telle représentation de l'émigration de masse est celui du pauvre hère quasi-illettré, en quête de subsistance. Plus près de nous, le jeune Kabyle sans ressource amené chez Renault à Billancourt, la famille Pied-noir de Bab-el-Oued à qui on a dit "la valise ou cercueil". Si cet exil est subi, il est néanmoins accompli dans un mouvement d'Eros, un sursaut d'instinct de vie. Celui-ci, qui dans le même mouvement émigre et immigre, part pour "vivre", ailleurs. Il a droit à la nostalgie, à la complainte du pays natal, qui pourra se réduire à une romance exotique, à condition de s'intégrer. Et de préférence, que ses enfants deviennent le produit des normes de la société d'adoption. S'il ne s'intègre pas, son sursaut de vie risque de conduire sa descendance à une descente, une sorte de "sous-vie".

Il existe également une représentation selon laquelle "l'exilé" est jeté hors de son pays pour des raisons liées à la nature des pouvoirs, dans un exil subi, voire un bannissement, avec une menace planant sur lui non pour des raisons économiques mais davantage pour des raisons "ontologiques", des motifs d'opinion, ou de sensibilité. Exil politique caractérisé, vécu alors dans le "sauve-qui-peut" dès lors qu'il s'agit de sauver "sa peau", car il "étouffe", ou il est l'objet de tentatives d'étouffements. Dans l'idée que l'on s'en fait, un petit accent différent viendrait se placer là comme en supplément du précédent : un accent aux allures de "culture", et c'est peut-être l'infime différence qui le distingue. Il s'agirait alors d'un exil "symbolique". Plutôt qu'une affaire d'instinct de vie, pourrait-on alors ici causer d'une simple affaire de "survie", mais qui serait en fait, une forme inversée de "sous-vie"?

Cet exil qui serait celui des gens "instruits", est plus chargé, il est volontaire ou involontaire, entre voulu du dedans et imposé du dehors, avec tout un spectre de niveaux intermédiaires à cet égard…Le fantasme associé est celui de la victime renvoyée de chez elle avec la pointe d'une baïonnette dans le dos. Longtemps le droit à la douleur, au malheur, à la "saudade", lui est accordé, voire réservé. Celui-ci peut ou non être présenté comme un exil subi, et il est vrai que l'Histoire montre qu'il peut être subit.

Il y a aussi des départs volontaires, de gens simples qui quittent leur pays parce qu'ils pensent qu'eux ou leurs enfants n'y ont qu'un avenir médiocre, et alors ils choisissent un pays accessible : un pays souvent dont ils parlent la langue, ce qui ne les fait pas au premier abord, apparaître comme des "étrangers", si ce n'est une pointe d'accent…C'est alors une forme d'exil invisible, et ceux-là, lorsqu'ils oseront parler d'eux-mêmes comme des migrants, il leur sera rétorqué : "mais votre vie n'était pas menacée comme les ….et vos voisins, ceux qui venaient de…alors, vous pouviez rester chez vous, non?" Leurs regrets et leurs malaises n'auraient dès lors pas "lieu" d'être, pas "raison" d'être. Pour celui-là, pas de fantasme, pas de stéréotype, si caricatural fût-il, donc pas d'excuse. Pour chacun, ce "non-dit" qui est un "sur-entendu", transporte le risque de surnoter toute sa vie, d'une manière ou d'une autre, le caractère invisible de son émigration. Ce qui n'est pas entendu finit parfois par se taire. On se "terre" comme on se "tait".

On peut constater des cas mixtes, gens instruits quittant leur pays volontairement, par attirance pour un lointain, ou pour des raisons apparemment politiques, mais qui au fil des années s'avèreront comme l'expression de fuites familiales, ou d'illettrés trouvant les ressources de franchir clandestinement les frontières car à l'occasion d'un deuil, la misère de leur condition leur est soudainement apparue…

D'autres, partent de chez eux parce qu'ils ne peuvent plus y rester, mais sans trop savoir pourquoi, quelque chose leur dit qu'ils ne sont pas "de chez eux" dans leur vie, voire intimement dans leur sexe.

Et d'autres, qui ne bougent pas, ont l'impression d'être venus d'ailleurs, par un signifiant étranger qui aurait été transmis jusqu'à eux : la recette de cuisine rituelle d'un grand-père qui, elle, n'est pas d'ici, la présence d'un objet, une notation fugacement différente, voire une inquiétante étrangeté venue du dedans et qui désigne pour eux, de l'ailleurs. Ne pourrait-on parler, pour les humains comme pour les satellites, de migrations géostationnaires? La migration ne pourrait-elle pas être envisagée comme un état de destin, une injonction irrépressible? Cela nous conduirait alors à envisager tout autrement la notion d'exil. Au-delà des données sociales, économiques, politiques, culturelles, l'en-deçà de l'histoire questionne un par un les destins individuels.

Qui peut prétendre alors que seul l'exilé politique, banni, est digne de porter l'épithète d'exilé, et donc de représenter la souffrance, la douleur, de célébrer la nostalgie. Chacun n'aurait-il pas droit à son discours de déracinement, il serait temps, peut-être, de voir et d'étudier l'exil, aussi, dans d'autres territoires mentaux, pathiques, verbaux, que dans ceux auxquels on le délimitait plus ou moins jusqu'à présent.

L'exil et la langue maternelle

Les temps sont à mettre l'accent sur la prépondérance de la perte de la "langue maternelle" dans la migration. Ce qui signifierait que les migrants qui s'acheminent dans un pays parlant la même langue ne seraient pas, eux, des exilés? Approche réductrice, pour le Britannique parti en Australie, le Vietnamien lettré venu vivre en France, l'Egyptien en Afrique du Nord ou le Méditerranéen francophone au Canada. Les exemples sont nombreux et patents.

De plus il est souvent difficile de parler de langue maternelle au singulier, de nombreux migrants ayant été plongés simultanément dans plusieurs langues dès la naissance. Et si la mère elle-même a été élevée dans un environnement multilingue? Le même jeune Kabyle embauché chez Renault avait forcément entendu parler berbère, français et arabe dès sa prime enfance, il est "polyglotte sans le savoir". De même le jeune Pied-noir entre français, arabe, avec sans doute de l'italien ou de l'espagnol, ou du judéo-espagnol, ou du ladino…Le Polonais juif venu au début du vingtième siècle avait grandi dans les sonorités polonaises, yiddish, peut-être même hébraïques. L'Italien des années trente a entendu parler son dialecte régional - lombard, romagnol, vénitien, napolitain…- en plus de l'italien, le Martiniquais a baigné dans le créole et le français. Et même, on peut pousser l'hypothèse que le fait d'avoir baigné dans un environnement multilingue a contribué à créer les conditions de possibilité de la migration.

Il n'est pas question de méconnaître les dégâts, ou a minima les difficultés sérieuses, que peut poser l'obligation de parler, de travailler, d'écrire, d'éduquer ses enfants, en une langue spécifique (comme l'hébreu moderne, que les nouveaux immigrants en Israël ont été obligés de pratiquer pour contribuer à fonder leur pays, c'est ce qu'on peut lire du documentaire "Misafa, lesafa" de Nurit Aviv), et concomitamment le renoncement à une langue qu'un homme peut considérer comme la langue dans laquelle il "cause", la langue "qui le cause". Ceci est un autre aspect de la relation à la langue et pourrait faire l'objet d'autres considérations.

L'environnement langagier du berceau est dans de nombreux cas bien plus riche qu'on voudrait l'imaginer. Il s'agit plutôt ici de faire émerger une question. Celle de la possibilité d'envisager la relativisation de l'incidence proprement "maternelle" supposée unitaire, exclusive de tout autre, dans le processus de la construction du rapport au langage.

La prépondérance assignée à la langue maternelle semble se nouer à l'idée que, renfermant le secret du "refoulé premier", elle porterait l'entier secret de chacun, vu sous les auspices du paradis perdu. Mais un "refoulé d'origine" peut aussi être porteur de la détresse maternelle, de sa capacité à laisser son enfant, l'émigré de demain, dans le même état intérieur de "dés-aide" que tout autre. On peut donc se demander si le fait d'idéaliser la langue maternelle ou de la réduire stricto sensu, à sa plus simple acception (i.e. la langue parlée par la mère, ne joue pas comme l'éludation et (ou) l'exonération de cette fondation-là du sujet.

La définition univoque et exclusive de "langue maternelle" apparaît alors comme une fiction qui serait fabriquée par des esprits hyper-naturalistes : en quelle langue lui aurait-elle présenté son sein ou le premier biberon? Car, comment aborder la question si la mère elle-même baigne dans un monde multilingue, qu'elle change de langue en fonction des interlocuteurs, des moments, des émotions à exprimer et qui se disent mieux dans une langue? L'enfant plongé dans un univers multilingue, lorsqu'il se retrouvera dans le pays de son immigration, aura perdu, non pas "une" langue maternelle, mais un environnement sonore et langagier multiple, divers, bigarré. L'exil serait alors lié à la perte de cet environnement, où la conjugaison des langues faisait son œuvre d'imprégnation. Qui a vu un petit enfant parler en une langue à sa mère et en une autre à sa nounou ou à une grand-mère, ne peut que s'en convaincre. En-deçà du statut social ou familial, la question ne cessera d'être posée : quelle langue considérera-t-il comme sa langue "maternelle", celle de sa mère dite "biologique" ou celle de la personne qui représente l'attachement affectif le plus puissant, quand bien même cet attachement serait délétère?

Petites musiques et bruissements du lointain
La perte du climat sonore peut légitimement être considérée comme plus importante que celle de la langue maternelle stricto sensu. Ce climat serait la "petite musique" de chacun, auquel se combinent d'ailleurs d'autres perceptions associées, olfactives, visuelles, tactiles.

Envisager dans la migration, la perte de la langue maternelle, comme facteur essentiel, voire premier, conduit à ceci : dans les cas où le migrant part vivre ailleurs mais ne change pas de langue, ou dans un ailleurs dont il maîtrise la langue, on oblitère qu'il y a eu perte. Le migrant sera alors dans une situation d'"exil masqué".

Je voudrais ici contre tout usage, apporter un témoignage personnel.
Je suis née et ai vécu jusqu'à l'âge de quatorze ans à Tunis juste après la guerre. Nous étions de nationalité tunisienne. Ma petite enfance s'est déroulée dans les sonorités de deux langues, l'une, "majeure", le français, l'autre, "mineure", l'arabe, les deux étant croisées d'un peu d'italien. On me parlait en français et en arabe. Je ne répondais qu'en français, même si on me parlait en arabe. Mais je le comprenais parfaitement. A l'école il y eut une demi-heure d'arabe par jour, j'appris donc dès six ans à le lire et à l'écrire, et ce pendant tout le cycle primaire, mais je ne l'ai jamais pratiqué. Ma mère parlait très bien le français, avait été élevée et scolarisée en cette langue, mais elle parlait quotidiennement arabe avec sa mère, ma grand-mère maternelle, qui, outre l'arabe, connaissait également parfaitement l'italien, puisqu'elle était née italienne. Il lui arrivait aussi de s'exprimer en italien, moins souvent. Le français était sa langue d'adoption puisqu'elle avait quitté de sa propre volonté l'école italienne vers dix ans, pour aller au collège français. Ma mère et sa mère n'écrivaient qu'en français. Mon père parlait parfaitement le français qu'il avait appris à cinq ans en entrant à l'école. Sa mère et son père ne parlaient que l'arabe et ils lui avaient donné un prénom arabe, auquel les autorités françaises adjoignirent plus tard un équivalent français. Il avait été élevé en arabe, qu'il parlait et écrivait. Ses capacités dans les deux langues étaient appréciées dans son travail de cadre supérieur, au sein d'un organisme d'Etat parafiscal devenu depuis l'Office des Céréales de Tunisie. Après l'Indépendance, il a continué à y travailler malgré le départ des dirigeants français du Protectorat.

Mon père ne faisait pas de politique. Il pensait que l'Indépendance tunisienne allait dans le sens de l'Histoire mais il n'a milité ni pour elle ni pour le maintien des Français, il m'a amenée à une manifestation d'accueil de Pierre Mendès-France en 1952 ou 1953 lorsque celui-ci est venu proposer aux Tunisiens "l'autonomie interne", que certains commentateurs ont appelée : "l'indépendance dans l'interdépendance"…Il y eut l'indépendance effective en 1956. Deux ans plus tard le gouvernement de Bourguiba, rencontrant quelques difficultés intérieures, lançait un programme très stratégique dénommé "la tunisification de la Tunisie", discours radiophoniques, mouvements de foules et banderolles dans les rues en assurèrent la propagande.

Un lundi matin mon père trouva un de ses collaborateurs installé dans son bureau. On lui expliqua qu'il n'avait plus de responsabilités pour cause de "tunisification" – et on lui conseilla de préparer ailleurs l'avenir de ses deux enfants. Mon père rappela qu'il était tunisien de nationalité, avec un passeport vert. La réponse fut : "mais pas musulman" : il était juif. Soit dit en passant, en matière de judéité : mon père évitait synagogues et rabbins, il semblait plutôt proche des libres-penseurs.

Mon père tomba malade et dès qu'il retrouva la santé il fut décidé que nous partirions définitivement pour la France. Les premières démarches furent lancées pour obtenir la nationalité française. Mon père était encore salarié du gouvernement et qui plus est rattaché à la direction des finances. Même si on lui avait signifié sa mise au placard, il savait que, si les Tunisiens avaient connaissance de ses démarches, il pouvait être gravement mis en cause : il était au fait de tous les chiffres concernant la production des céréales de l'Etat puisqu'il en avait structuré la répartition, la comptabilisation et le stockage à-travers la création de dizaines de centres dans le pays. Il fallut donc prendre des précautions de discrétion et de secret. Connaître ce danger a été très lourd pour moi à douze ans.

Un peu plus d'un an plus tard, je reçus une carte consulaire de la France, censée me protéger si des problèmes se présentaient sur la voie publique, et enfin un passeport bleu : français. Mon père m'a amenée avec lui au Ministère de l'Intérieur où il fit "allégeance" de sa nationalité tunisienne, c'est-à-dire qu'il a voulu symboliquement rendre lui-même sa nationalité afin de divorcer de son pays natal. Homme né avant la première guerre mondiale, il avait conservé sa nationalité tunisienne, la notion de nationalité ayant représenté probablement pour lui, jusque là, quelque chose de plutôt conjoncturel, en tant que descendants de juifs chassés d'Espagne.

Mais, né moins de vingt cinq ans après la colonisation, il n'en admirait pas moins la France idéale des Droits de l'Homme et du front populaire. Il s'était beaucoup engagé dans le bénévolat des institutions philanthropiques : ainsi il avait travaillé avec les organisateurs du "Bal des petits lits blancs" (les enfants hospitalisés), puis avec les autorités françaises à l'expertise des dommages de guerre causés par les bombardements allemands de 1942 et 1943, et d'autres dispositifs similaires. Les autorités françaises pouvaient difficilement nier les services rendus a-politiques qui parlaient en sa faveur. Je n'arrive pas encore à intégrer aujourd'hui que notre migration pouvait être considérée comme un exil politique, pourtant ne l'était-elle pas aussi, pour une bonne part? Nous sommes en quelques sorte des scories de l'Histoire, quelque dommage collatéral, pas si grave, peut-être. Voire.

Donc à quatorze ans, je changeai en deux heures d'avion, à la fois, de nationalité, de pays, de bruit de fond langagier, de brouhaha citadin, d'environnement familial : je n'allais plus revoir mes deux grands-mères.

Nous nous sommes installés à Paris en 1960. J'ai mis très longtemps à comprendre que je partais en exil et que cet exil n'avait rien de visible : qu'avions-nous de commun justement avec ces pauvres jeunes illettrés esseulés, importés de Kabylie pour travailler comme ouvriers, habitant dans des bidonvilles à Nanterre, ou avec ces vieux réfugiés politiques Russes blancs réduits à être chauffeurs de taxis, ou encore avec les Arméniens, fils des rescapés du génocide? Par apport à eux, nous pouvions nous considérer privilégiés : certes, nous n'étions pas apatrides, nous maîtrisions la langue du pays, nous avions la sécurité sociale, un appartement... J'ai été acceptée dans un établissement scolaire réputé.

Il ne s'agissait pas seulement de langue maternelle, mais d'une séparation, d'une coupure. Le fait de parler la même langue, la comparaison avec les "autres" formes d'exil, masquent cette séparation et provoquent des effets dévastateurs. Mon père faisait trois heures de trajet en train et en bus par jour pour aller travailler et ma mère, dans notre appartement de fonction en banlieue, passait ses journées dans l'isolement. Sa sociabilité et sa spontanéité méditerranéennes se voyaient repoussées par les autochtones du Val-de-Marne. Moi aussi, je payais en heures de transports le privilège d'avoir été admise dans "le Lycée de Filles le meilleur de France" (Fénelon), d'autant que les professeurs de Lettres manquèrent de finesse au point de me demander comment, venant d'un lycée si anodin ("Lycée Carnot de Tunis, annexe de Mutuelleville"), j'avais obtenu ce niveau de français de latin. Question qui était censée être un compliment, mais trop de condescendance l'accompagnait.

Nous étions définitivement séparés, et de quel deuil pouvions-nous parler, de quoi pouvions-nous nous complaindre? Quelle nost-algie pouvait être la nôtre, pour un pays où nous n'avions pas de futur? C'est plus tard que j'ai compris que l'exil ne se mesure pas à ces composantes. Il n'était pas objectivable. Il n'était pas visible. Ce qui était perdu était tout simplement : le monde.

L'exil et la perte
Mais qu'est-ce que "le monde", si ce n'est un espace-temps, un lieu des représentations, du fantasme et de toutes les projections. Dans ce cas, c'est sur un autre écran et en un autre lieu physique, géographique, langagier, que soudain devront se matérialiser les projets. L'espace intérieur ne trouverait plus de points d'accroche, ou plus suffisamment, avec l'espace externe. Comment ne pas comparer ce qui se passe à ce qui s'est passé dans le détail quotidien, le climat, le brouhaha, l'ambiance en ce qu'elle a de moins apparent? L'espace antérieur n'apparaît que dans la dialectique qui s'établit avec l'espace présent : la rue que l'on n'observait pas mais où on était immergé n'est plus la même et cela change tout. Là où l'enfant, l'adolescent, l'adulte, imaginait au fil des jours son avenir proche ou lointain dans un lieu donné, même et surtout sans s'en rendre compte, il trouve une butée à chaque fois qu'il y songe, voici qu'une accommodation permanente est à faire. C'est là que se joue la notion plus sociale d'adaptation, elle commence ici dans ces sensations les plus ténues. On peut donc émettre l'hypothèse que s'opère dans la migration une dissociation entre le temps et l'espace. Certes, la notion d'exil a donné à penser les plus grands auteurs, des écrivains d'aventure aux mystiques en passant par les philosophes. Qui n'est pas en exil, vivre n'est-il pas une série d'exils? Ces questions subsistent dans toute leur profonde légitimité et en un sens elles se réduisent au silence. Cette réflexion se voudrait plus modeste, plus "terre"à "taire" en effet.

Comment les migrants répondent-ils? Certains, en s'emparant, de ce nouvel espace, en le surinvestissant, d'autres plus nombreux, en s'y désinvestissant, en amenuisant donc la fonction de projection de chacun.

Pour ma part, la France que je connaissais pour y avoir passé des vacances, était le pays que je considérais comme le refuge où j'irais me ressourcer, me changer les idées : pays de la culture, de 1789, de la liberté. La France avait un rôle en dialectique avec mon lieu natal dont il était en quelque sorte une antithèse. Voilà que le refuge m'apparaissait avec ses duretés quotidiennes. La terre d'asile s'est transformée en asile…d'aliénés, pour les "aliens" que nous étions devenus.

Où s'en était allé avec le temps, le rêve français de mon père? Apparemment, il était triste mais travaillait de son mieux. Cependant, trente ans plus tard, au lendemain même de ses quatre-vingts cinq ans, il subit un grave effondrement psychique au point de me demander soudain : " ramène-moi à la maison."

Du deuil nécessaire, une autre forme d'invisible
Aujourd'hui on sait que dans toute séparation définitive, un travail de deuil est nécessaire. Le deuil est une forme compliquée du renoncement, rejet, de révolte, d'intégration, confrontations diverses et difficiles, il est comme un lent et difficile travail intérieur, que chacun opère avec ses moyens propres.

Ce qui émerge comme fondamental dans le deuil, c'est la dimension de "définitif" de l'histoire. C'est "plus jamais". Pour le migrant, le pays demeure, et la "terre ne se meut pas". Mais c'est de son rapport avec elle et ce qu'elle représente, qu'il s'agit. L'immigré qui retourne chez lui chaque année en vacances avec ses enfants nés en France peut-il prétendre que rien n'a changé? Cela est bien sûr impensable, sauf à entrer dans le déni, voire la folie.

Dans l'exil, il s'agit, pour les uns, de savoir s'adapter. Mais comment s'adapter si aucun mouvement de deuil ne se produit? Pour acquérir de nouvelles formes d'être qui font l'adaptation, il faut sans doute faire un peu de place, se désencombrer de ce qu'on transporte en soi, mais quoi? Certes, il faut apprendre une "langue" nouvelle, mais il ne s'agit pas que d'une langue au sens restreint, il s'agit de tout un système de signes, il s'agit aussi, de la capacité à se projeter ou à défaut, de créer les conditions pour que les descendants héritiers de leur "lieu d'avant", puissent se projeter, réduisant la fracture entre temps et espace qui est celle des aînés. Mais quelle place alors faire, et comment? A quoi renoncer pour que de la place se fasse et accueille du nouveau? Quelle type d'hybridité se construire, et comment comprendre que cette hybridité elle-même aura autant de formes que de personnes concernées…

Et si, avant de gaver les migrants de données nouvelles du pays qui les reçoit, on se posait la question, chacun à son aune, sur leur deuil, pour eux inévitable? Ne peut-on voir par là une butée indépassable, pour les plans d'intégration et d'assimilation? Qu'en est-il pour chacun, en quelque sorte, son ex-il? Difficile de faire l'économie de cette question pour qui vient d'ailleurs. Certains y verront la nécessité de retracer les racines, d'autres d'identifier la culture d'où on vient, d'autres encore y chercheront les arcanes d'une fidélité, ou encore la possibilité d'une double culture…Voire.

Mais, si celui qui n'a pas bougé de son terroir se met un jour de son adolescence, ou plus tard, à tailler en pièces son éducation, à revisiter son milieu d'un œil critique, pourquoi le migrant s'en verrait-il dispensé? Là réside la difficulté car c'est là le règne du singulier, du "un par un" et du cas par cas, car nul ne sait si l'autre aura le désir d'entreprendre une démarche, démarche qui, en tout état de cause, lui appartient en propre. Dans tout héritage il y a de l'encombrement, de la douleur, et parmi les choses que chacun répète, qui se répètent en chaque-un, chacun sait-il également qu'il faudra qu'il s'en dépouille, qu'il s'en sépare, simplement, pour vivre. Celui qui migre résisterait-il, devrait-il se dispenser, échapperait-il à cet arrachement-là? Le devenir quelque soit la circonstance se construit aussi avec et par le renoncement. Pour un migrant c'est là sans doute discours difficile à entériner car pour lui, peut-être, son souvenir et sa fidélité hors de sa "terre" a un statut capital, il est peut-même même, précisément, son capital.

Et discours peu correct et en impasse, par ailleurs, du point de vue d'un travailleur social à fonction d'accueil, qui se vivrait spontanément comme porte-parole de l'hospitalité : comment un travail d'accueil pourrait-il encourager à du renoncement, est-ce le rôle des accueillants, n'y seraient-ils pas alors suspects? Il s'agit là encore de faire retour d'immatérialité, d'invisible, de diffus et d'inévaluable. A la fois pour le migrant et pour celui qui se trouve face à lui. Car il ne s'agit pas alors de social mais bel et bien d'un autre plan, personnel et intime. Et cependant…que peut-on se dire et ne pas se dire, qu'est-ce qui ne cesse pas de ne pas se dire, et dire…à qui?

Si on prenait le problème à rebours? Mais comment? Cela peut-il s'organiser en "programmes" ou "dispositifs" de masse du travail social et au-delà ou en-deçà du social? Je n'en sais rien, et c'est cependant, pour moi, une ligne de perspective et de questionnement pour aujourd'hui.

J'ai oublié de demander à mon père en quelle langue et en quel lieu il rêvait.

P.P.



Ó Copyright Temps marranes

Toute reproduction des articles 
ou extraits parus dans le site 
de Temps marranes 
à des fins professionnelles 
est interdite 
sans l’autorisation 
de Temps marranes